Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

E-commerce : à quand le co-shopping en ligne ?

La montée en puissance du social shopping est l’une des tendances fortes de 2021. D’après l’étude YouGov France de novembre 2020, 31% des Français ont acheté au moins un produit via un réseau social. Chez les 18-34 ans, le chiffre monte même à 38%. Cet élan devrait encore se consolider à l’avenir. Mais l’opportunité business du social shopping n’est pas sans poser un problème aux marques. Elles sont de plus en plus dépendantes des réseaux sociaux pour étendre leur audience, fidéliser leur communauté et structurer leur animation commerciale. La solution ne serait-elle pas d’importer la dimension sociale directement sur les sites e-commerce ? Surprise : le co-shopping existe depuis dix ans. Et il n’attend plus que les marques pour faire ses preuves.

Co-shopping et e-commerce : retour vers le futur

En 2011, une petite révolution digitale a eu lieu. Chatventure, une start-up néerlandaise, a lancé sa market-place : ShopWithYourFriends.com. L’idée ? Regrouper une cinquantaine de marques sur une plateforme commune et permettre aux clients de faire du shopping à plusieurs grâce à une option de navigation partagée : le co-shopping. Le site fonctionnait sur le principe de l’invitation. Le premier client envoyait un lien (l’url de la page) ou une invitation par la messagerie de Facebook pour inviter ses amis à partager un moment de shopping digital. Le e-commerce devenait alors collaboratif.

Il s’agissait de la première initiative de co-shopping sur le marché européen. A l’époque, le sujet intéressait plusieurs start-up. Aux Etats-Unis, dès 2009, le site Charlotterusse.com avait déployé l’application Shop Together développée par Decision Step. Avec quelques indicateurs optimistes. La durée moyenne d’une session est cinq fois plus longue en co-shopping qu’en navigation simple. Un NAC (nombre d’articles par client) gagnant : en moyenne, 25% d’articles en plus par panier. Enfin, un panier moyen en hausse de 50% par rapport à une navigation simple. Malheureusement, le marché du e-commerce n’était pas encore assez mature pour le co-shopping. Et les initiatives ont finalement été abandonnées.

Le co-shopping et e-commerce : comment ça marche ?

Le co-shopping est un dispositif technique qui permet à deux acheteurs e-commerce de naviguer ensemble, au même moment, sur un site pour voir les articles et les acheter. Techniquement, il s’agit d’une synchronisation des deux écrans de navigation pour permettre une expérience collaborative et immersive. Le co-shopping s’appuie sur une session jumelle. Il offre aussi un dispositif de chat qui permet aux deux clients e-commerce d’échanger facilement pendant leur visite. Il reproduit une expérience shopping à plusieurs, comme les clients peuvent la vivre quand ils font ensemble les boutiques « pour de vrai ».

L’idée repose avant tout sur l’agilité : chacun des deux clients peut prendre la main sur la navigation pour “montrer” à l’autre les articles qui l’intéressent grâce à un espace commun (barre d’outils ou pop-up). Toutefois, les paniers d’achats et les informations relatives au paiement restent individualisés pour assurer la protection des données client. Et à la fin, chaque client e-commerce peut valider son panier de façon indépendante pour finaliser sa commande.

Co-shopping : quelles opportunités pour les marques ?

Le Social Shopping a amené la vente dans la sphère de la communication. Il a aussi prouvé que l’univers du e-commerce avait franchi un cap. Le marché est arrivé à un point de maturité où les usages digitaux sont de plus en plus créatifs. Dans ce contexte d’accélération digitale et sociale, le co-shopping propose d’intégrer la dimension social media dans le parcours d’achat, directement implémenté sur le site e-commerce. Les avantages pour les marques sont multiples.

En premier lieu, le co-shopping est un levier intéressant pour augmenter le trafic d’un site e-commerce sans avoir à payer pour cet apport supplémentaire. C’est un axe d’autant plus crucial que les confinements ont prouvé l’importance de capter des clients, surtout via la vente à distance.

L’expérience de shopping digital partagé peut aussi soutenir la stratégie de fidélisation des marques. Faire de ses clients de véritables ambassadeurs de la marque, c’est ce qu’essayent de faire tous les programmes de fidélité. Le co-shopping peut facilement être raccordé à un programme de parrainage, qui valorise aussi bien le client fidèle qui fait découvrir le site que le nouveau client qui effectue sa première commande. La recommandation d’un autre client a aussi un impact positif sur la confiance du nouveau client. Les professionnels du e-commerce le savent : la réassurance est un élément clé sur le web. Et quoi de mieux pour rassurer un client que le témoignage positif d’un autre client satisfait ? Ainsi, le co-shopping est l’héritier direct des avis clients. Sauf que désormais, on peut donner son avis « en live » et il ne s’agit pas de clients anonymes.

Dernier argument, et non des moindres, le co-shopping offre une opportunité intéressante de travailler le marketing conversationnel autrement. Le site e-commerce peut par exemple ajouter un chatbot qui s’intègre au dispositif de co-shopping. La conversation s’instaure alors d’autant plus naturellement que les e-clients sont déjà en situation de communication entre eux.

2021 : l’année du co-shopping ?

Dans un contexte hyper concurrentiel sur les réseaux sociaux, les marques doivent susciter des expériences attractives pour permettre aux produits d’être découverts par les clients. Et tandis que « le monde d’après » commence à peine à se dessiner, les marques doivent aujourd’hui prendre acte d’une évolution accélérée des usages digitaux.
En dix ans, la culture du gaming, portée par les générations Y et Z, a largement changé la donne. Les marques se positionnent de plus en plus sur des leviers de communication liés à l’univers du jeu en ligne, où les logiques de partage d’écran sont une évidence, puisque le co-browsing existe depuis de nombreuses années dans l’univers des jeux vidéos.

La prochaine révolution e-commerce sera celle des métaverses. Et elle est déjà en marche. D’autres technologies que le co-shopping, elles aussi imaginées au tournant des années 2010, et alors jugées comme un effet de mode passager, reviennent en force. En 2011, la marque d’habillement Forever 21 testait les premiers mannequins virtuels avec un succès mitigé. Un coup d’épée dans l’eau ? Aujourd’hui, certaines influenceuses virtuelles fédèrent des communautés qui ont de quoi faire rêver bien des marques. A titre d’exemple, Lil Miquela est suivie par plus de 3 millions d’abonnés sur Instagram. Alors quelle sera la première marque à donner sa chance au co-shopping ?

Sephora se lance dans le Shopping Party

Cet article fini et publié, voilà que Sephora annonce le lancement de son service de co-shopping “Sephora Shopping Party“. La marque invite ses clients à faire leur shopping en ligne entre amis. Chaque article ajouté en favoris est automatiquement partagé avec ses amis, qui donneront leurs avis. Les clients peuvent aussi solliciter la communauté s’ils souhaitent avoir de plus amples avis. Le co-shopping est en marche. A suivre…