Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

ITW Nathalie Rozborski – Créer un ministère de l’action concrète – Et si j’étais Président ?

Pour le 2ème numéro de la série “Et si j’Etais Président”, réalisé par MC Factory en partenariat avec Stratégies, place à une nouvelle femme engagée. C’est aujourd’hui Nathalie Rozborski qui se glisse dans la peau de notre futur Chef d’Etat, le temps d’une interview consacrée à une France plus engagée et responsable.

10 questions posées à Nathalie Rozborski, Directrice Marque et RSE de Maisons du Monde & Candidate à la présidentielle 2022.

Votre programme

1 – Quels seraient les deux axes majeurs de votre programme ?

Le premier serait de remettre la question de l’enfant au cœur des préoccupations gouvernementales. D’abord au niveau de l’éduction car c’est grâce à l’école et à l’instruction que se construisent les identités citoyennes. Ensuite au niveau du bien-être de l’enfant, tant au niveau de sa protection que de son éveil. De manière générale, je trouve que nos pays occidentaux ont tendance à considérer l’enfant comme un sous-citoyen. Or, pour que le vivre ensemble fonctionne dans une société, il faut inclure toutes les populations, favoriser les échanges intergénérationnels.

Le deuxième axe de mon programme serait de créer un « ministère de l’action concrète ». En effet, je crois beaucoup à l’intelligence du terrain et on ne la met pas assez en valeur. Dans un monde qui nécessite autant d’agilité, de prises directes avec le réel contemporain, on ne peut plus se satisfaire de pensées théoriques. Il faut confier un maximum de missions gouvernementales à des gens de terrain, qui sont au plus près des problématiques.

2 – Quel serait votre projet pour renforcer le rôle sociétal des entreprises françaises ?

J’introduirais de nouvelles familles d’indicateurs dans les dashboards des comités de pilotage des entreprises. Ils viendraient en complément de ceux que regarde le Medef. Aujourd’hui, sur un compte de résultat, on s’attarde sur tous les éléments qui constituent la marge économique. Je ne suis pas utopiste, je sais que cela reste une priorité pour les entreprises. Mais je pense que, quand on crée de la valeur financière, il est de la responsabilité collective de l’entreprise et des gouvernements, de créer aussi des indicateurs de croissance sur les dimensions sociétales et environnementales. La valeur économique à elle seule, à mon sens, ne suffit plus. Les entreprises doivent alors s’inscrire dans un monde plus vertueux. Elles doivent continuer de faire rêver les actifs de demain qui ont besoin d’avoir un job qui fait sens, à la fois pour eux-mêmes et vis à vis de la planète.

3 – Pourquoi faut-il voter pour Nathalie Rozborski ?

Voter pour moi, c’est voter pour soi ! Je dis cela parce que je suis issue de la société civile, immigrée polonaise arrivée en France avec sa famille dans les années 80. J’ai gravi les marches grâce à l’ascenseur social français, à l’école républicaine. J’ai donc un profil auquel les gens, dans leur grande majorité, peuvent s’identifier. Or, je pense que pour faire consensus sans faire de l’eau tiède, il faut avoir pour référents des gens qui fédèrent et qui rassemblent plutôt que des gens qui ne s’adressent qu’à une toute petite masse.

4 – Quelle personnalité publique choisiriez-vous pour être votre Premier Ministre ?

Sabrina Herlory, PDG d’Aroma Zone. Nous avons beaucoup de choses en commun. Elle a, elle aussi, l’engagement chevillé au corps. Ce n’est pas le genre de personne à attendre un deuxième mandat pour faire bouger les lignes. Je suis convaincue qu’à nous deux, au bout de 3 ans, nous aurons déjà renversé la table sur un grand nombre de sujets sociétaux. Et puis je la choisirais parce qu’on rigolerait bien. Je trouve qu’aujourd’hui malheureusement on manque beaucoup d’humour, de recul, d’optimisme, de joie. Et d’après moi, on ne peut pas diriger si on ne sait pas créer ces sas de décompression.

Avant de quitter votre poste actuel

5 – Quels sont les engagements RSE / ESG pris par votre direction actuelle ?

Maisons du Monde est une entreprise engagée au long cours. Chez nous, l’engagement RSE n’est pas un simple effet de mode. Par exemple, notre Fondation a plus de 10 ans. Elle a un engagement très fort dans l’action de terrain, notamment pour la lutte contre la déforestation. Mon équipe est également constituée d’un Directeur RSE, Rémi-Pierre Lapprend, qui est un passionné, un technicien de la RSE. Nous avons donc depuis longtemps une vraie légitimité sur le sujet. Notre ligne est claire : atteindre la neutralité carbone sur les scope 1 (émissions directes) et 2 (émissions indirectes liées aux consommations énergétiques) en 2022. Ensuite, réduire notre empreinte carbone globale de 25% d’ici à 2025. Enfin convertir 40% de notre offre en offre responsable.

Mais aujourd’hui, nous voulons faire ce que j’appelle notre « coming out RSE ». Nous voulons nous positionner durablement comme la love brand de l’univers de la déco la plus engagée d’Europe. Tant au niveau environnemental que sociétal. Au mois de février prochain, nous allons donc lancer un vaste programme qui visera non pas à se cantonner à une petite sélection de produits responsables ou éco-conçus, mais à élever le débat. Nous allons montrer que l’on peut aussi agir de manière responsable tout en restant sexy et attractif. C’est là qu’est notre singularité. Je ne veux pas d’une RSE stigmatisante et anxiogène, bien au contraire. Et je crois que les marques ont un rôle très important à jouer sur ce sujet.

6 – Quelles seraient les principales missions de votre successeur au sein de votre entreprise ?

Ça sera de continuer à faire vivre un plan d’animation commerciale multicanal européen. Cela veut dire parler d’une seule voix entre digital, retail, omnicanalité. Et faire de Maisons du Monde une véritable entreprise internationale en essayant de gommer les réflexes parfois trop franco-français et en s’adressant d’emblée aux citoyens européens comme à des fans et pas comme à des acheteurs. Et puis je rêve que mon successeur creuse la dimension expérientielle de la marque via le concept des magasins pour y installer un « effet wahou » inédit.

7 – Comment doit évoluer votre métier pour être plus responsable ?

Assurément en étant toujours à l’écoute des grands changements sociétaux, parce que je pense que l’entreprise est une éponge sociétale. Les entreprises qui gagnent aujourd’hui sont celles qui sont en phase avec l’époque et l’écoute de celle-ci. C’est la condition sine qua none pour emmener l’entreprise vers le monde de demain.

Pour intégrer l’Elysée

8 – Que demanderiez-vous au Président sortant, Emmanuel Macron, avant qu’il quitte l’Elysée ?

Je lui demanderais quel est, selon lui, son plus grand succès. Et, à l’inverse, quel est son plus grand regret, ce qu’il a vraiment raté. Et du coup, j’essaierai de commencer par ça, afin de m’inscrire dans la continuité.

9 – Quel serait le premier engagement de Nathalie Rozborski Présidente, pris à l’Elysée ?

Celui de poursuivre encore plus fort la question de l’égalité salariale entre hommes et femmes. Il faut sanctionner durement les entreprises qui ne jouent pas le jeu. J’irais même encore plus loin dans l’égalité. Je balayerais l’idée que la question de la naissance et, plus largement, de l’enfance est un sujet de femmes. Parce que je crois profondément que c’est, au contraire, un sujet de société et de modèle de gouvernance sociétale. Parce que l’ensemble de la société a à gagner à atteindre un équilibre véritable entre le personnel et le professionnel.

10 – Quel objet personnel ramèneriez-vous avec vous à l’Elysée ?

J’ai un ensemble de gri-gri qui se balade toujours avec moi quand je change de job. Et si j’étais Présidente, j’aurai exactement la même déco qu’aujourd’hui. Parce que c’est celle qui me permet d’être alignée, et si je suis alignée, je suis puissante. Et si je suis puissante je peux diriger. C’est aussi simple que cela.

A propos de Nathalie Rozborski

Nathalie Rozborski a pris la direction Marque et RSE de Maisons du Monde depuis novembre 2021. Avec pour mission de donner vie à la Raison d’être de l’enseigne “Inspirer à chacun l’envie de s’ouvrir au monde pour créer ensemble des lieux de vie uniques, chaleureux et durables”. Nathalie Rozborski était auparavant Directrice Générale déléguée de Nelly Rodi. Historiquement cabinet leader en tendances lifestyle, Nelly Rodi est devenu, sous son impulsion, une agence référente en stratégie business et créative. Elle met ainsi en œuvre les stratégies de marque au service de la performance économique à long terme.

Si vous souhaitez exposer votre programme pour une France Engagée 2022, contactez nous ici.

Un grand merci à Ambre Delage pour sa précieuse contribution.