ITW Pierre Jalady – Créer une Silicon Valley de la mobilité – Et si j’étais Président ?

Pierre Jalady BMWITW N°1 – 10 questions posées à Pierre Jalady, Directeur Marketing de BMW.

Dans 6 mois, en mai 2017 aura lieu la 11ème élection présidentielle depuis le début de la Vème République. Avec elle son aréopage de nouvelles promesses, de nouveaux choix politiques, de nouvelles lois…
Et si, finalement, plutôt qu’un homme politique, le futur Président de la République était un héraut du digital, un porte drapeau de l’innovation Made in France, un dirigeant reconnu ?
Quels seraient son programme autour du numérique et ses arguments pour convaincre …
Majda CHAPLAIN, CEO de MC Factory, en partenariat avec Stratégies, lance une nouvelle série d’interviews hebdomadaires “Et si j’étais Président”, et invite des acteurs emblématiques férus de digital à se glisser dans la peau de notre futur Chef d’Etat, le temps d’une interview consacrée à leurs priorités digitales …

10 questions posées à Pierre Jalady – CMO BMW & Candidat à la présidentielle 2017

Votre programme

1 – Quels seraient les 3 points principaux de votre programme ?

D’abord, la capacité à amener des résultats et à tenir ses engagements : on dit ce que l’on fait et on fait ce que l’on dit.
Ensuite je mettrais l’innovation au cœur de la croissance et du développement : c’est pour moi un pilier très fort d’autant que l’on a en France une qualité d’expertise et une richesse d’innovation incroyables qui sont encore aujourd’hui des gisements inexploités.
Enfin j’accorderais une attention particulière au développement durable en intégrant la notion d’environnement au sens large du terme, c’est-à-dire l’intégration de l’homme dans la ville, dans son environnement.

2 – Pourquoi faut-il voter pour vous ? Quelle serait votre principale qualité de dirigeant ?

Parce que j’ai une vraie vision, une ligne de conduite claire, car quand on ne sait pas où on va, on ne peut pas y arriver. J’ai la capacité à montrer et démontrer la performance et avoir un bilan faisant ressortir les notions d’intégrité, d’honnêteté et de confiance. Cela fait partie de ma boussole de valeurs.
Je crois vraiment au leadership par l’exemple car cela crée une impulsion auprès de ceux qui suivent. C’est, je crois, ma principale qualité. C’est en tout cas celle que je m’applique à avoir et que j’aurais sans doute en tant que Président.

3 – Quel serait votre projet pour booster la transformation digitale des entreprises françaises ?

Là encore, le meilleur moyen de faire avancer les choses est encore de donner la preuve par l’exemple. Je commencerais donc par faire la transformation digitale de l’Elysée, et je l’appliquerais à tout l’écosystème public, à tout le gouvernement en ayant un vrai plan de digitalisation. Puis je renforcerais les relations entre les grands groupes, plus industriels, et les start-up. L’idée serait de faire communiquer les entreprises qui n’ont pas grand rapport entre elles mais qui peuvent allier leurs expériences, leurs compétences, leur dynamisme. De la même manière je ferais en sorte d’unir l’éducation et la recherche avec les entreprises car la génération future est digital native et c’est important qu’elle soit impliquée tout de suite dans le monde de l’entreprise.

Avant de quitter votre poste actuel

4 – Quels gros chantiers avez-vous à terminer avant de prendre vos quartiers à l’Elysée ?

Mon chantier de tous les instants, c’est faire en sorte que l’expérience client de la marque BMW soit unique tant sur le plan physique que sur le plan digital. A travers nos « product genius » par exemple qui, iPad en main, font de l’accueil et du conseil personnalisés en concession… Bref explorer tout le champ des possibles pour rendre l’expérience de notre marque toujours plus unique.

5 – Quelles seraient les principales missions de votre successeur au sein de votre entreprise ?

La 1ère est de poursuivre la mission de rendre notre marque encore plus désirable. La seconde est de digitaliser l’ensemble des points de contact avec nos clients et nos concessions en utilisant tout le potentiel offert par les nouvelles technologies, comme la vidéo par exemple. Bref, profiter de la richesse de l’innovation.
Enfin la dernière est de rendre l’expérience client sans rupture entre la voiture, le domicile et la mobilité…Nous avons commencé à travailler là-dessus avec l’application BMW Connected, mais nous pouvons encore exploiter plein d’axes de développement.

6 – Etes-vous pour le cumul des mandats en entreprise : Marketing, Communication, Digital, CRM, Mobile, IT, Internet of Things… ?

Oui, je suis pour ! La finalité de tous les éléments technologiques, c’est le client. Or, le risque en séparant toutes ces dimensions, c’est d’avoir un silo et de ne pas homogénéiser l’expérience client. En revanche, cela crée des nouveaux métiers et cela nécessite que le CMO soit bien entouré et que la culture digitale dans le service soit bien développée et partagée par tous.

Pour intégrer l’Elysée

7 – Que demanderiez-vous au Président sortant, François Hollande, avant qu’il parte ?

J’aimerais avoir un entretien à huis clos avec lui pour savoir ce qu’il a appris de ses succès et de ses erreurs et ce qu’il en tire aujourd’hui. Et qu’est-ce qu’il ferait différemment à la lumière de ce qu’il sait aujourd’hui, si c’était à refaire ?

8 – Comment digitaliseriez-vous l’Elysée ?

Si je devais d’abord choisir un axe qui ait un intérêt, se serait déjà de diversifier les profils. Il ne s’agirait pas de recréer une mini-France à l’échelle du Gouvernement, mais au moins de diversifier les cultures, les générations, les parcours… Car de ces différences naissent des avis divergents et c’est comme cela que l’on amorce des changements et que l’on reste ancré dans la réalité. La seconde idée forte c’est que tous les points de contact entre l’administration, les Français, le pouvoir, soient rendus plus fluides grâce au digital. Je trouve que la France a déjà fait une partie du chemin pour alléger les lourdeurs administratives, mais on peut encore faire des progrès et le digital peut sans conteste nous y aider.

9 – Quel objet personnel ramèneriez-vous avec vous à l’Elysée ?

Ce n’est sans doute pas très original, mais ça serait une photo de ma famille ou un dessin de mes enfants. Et si j’ai le droit à un autre objet, ce serait un maillot dédicacé du XV de France car je suis un passionné de rugby !

10 – Et pour conclure ?

L’automobile va se retrouver dans 10-15 ans à la croisée de nombreuses innovations. Demain, la voiture sera un device, comme les tablettes ou le mobile aujourd’hui. En Europe, la France et l’Allemagne ont la chance d’avoir des constructeurs nationaux et je pense que nous aurions tout à gagner à créer une sorte de Silicon Valley de la mobilité, pour y faire émerger les opportunités de demain.

A propos de Pierre Jalady

43 ans, marié, 2 enfants… Pierre Jalady débute sa carrière dans la Silicon Valley, chez Hewlett Packard avant de rejoindre la marque BMW il y a 4 ans. Une marque qui, à l’époque, a besoin d’un regard neuf capable de gommer l’aspect statutaire de ses modèles. Ses missions ? La stratégie « c’est-à-dire comment adapter au mieux notre offre à l’évolution de la mobilité », la gestion de gamme, la communication publicitaire, l’expérience client événementielle, le CRM et la relation avec le réseau de concessions, et enfin le flagship store de l’avenue Georges V. « Des missions tournées vers une digitalisation très forte de la marque. Nos enjeux aujourd’hui sont le ciblage de nos messages pour nos clients et prospects, la digitalisation en interne pour tendre vers le zéro papier et enfin toute la dimension réseaux sociaux pour rallier à notre marque les plus grandes communautés possible ».

Si vous souhaitez exposer votre programme pour une France Digitale 2017, contactez nous ici.

Un grand merci à Ambre Delage pour sa précieuse contribution

Partager