e-commerce, m-commerce, f-commerce ou le bel avenir du cyber achat !

E-commerce et mobile vers un yber achatNé dans les années 80 avec le Minitel, et rendu accessible au plus grand nombre dans les années 2000 avec Internet, l’e-commerce se développe depuis à une cadence à faire pâlir les commerçants dits “traditionnels”, avec plus de 30 milliards d’euros générés en France en 2010, soit une progression de 26% (chiffres FEVAD).

Et ça ne va pas s’arrêter là !

En effet, la conjonction de l’avènement de la société du mobile et du phénomène communautaire représente aujourd’hui une opportunité majeure de développement pour ces spécialistes de la vente électronique.

A l’heure où la France atteint un taux de pénétration record dans le mobile, à 95,1% pour la téléphonie mobile et 41% pour le web mobile selon Forrester, les e-marchands sont en passe d’asseoir le mobile comme un nouveau canal d’achat. Bienvenue dans le monde du “m-commerce” !

Apparu il y a une dizaine d’années pour acheter et télécharger un logo ou une sonnerie sur son téléphone mobile, ses déclinaisons ne cessent de croître aujourd’hui, et il représenterait déjà 23,8 milliards de dollars chez nos cousins  américains à horizon 2015, soit 8,5% des ventes en ligne (étude Coda Research).

Dans le même temps, et sous l’impulsion du web social et de ses multiples réseaux, le “social commerce” devient une réalité incontournable pour les e-marchands. Un mode d’achat qui challenge les directions marketing puisqu’il favorise par essence l’avis du consommateur au détriment de la communication de marque. A tel point que d’après de récentes études  Ipsos, 78% des cyberconsommateurs préfèrent faire confiance à leurs homologues plutôt qu’aux marques et aux enseignes… ou quand le “bouche à oreille” se digitalise, pourrait-on en conclure !

Dernier né dans cet univers merveilleux de la vente électronique, le “f-commerce”, quant à lui, se dédie corps et âme à Facebook, et à ses (bientôt) 600 millions de membres et clients potentiels dans le monde, avec un concept de boutique déportée via une page sur le fameux réseau social.

Confrères du marketing, on dirait bien que l’avenir de nos marques se joue sur nos claviers !

© vlorzor - Fotolia.com
Partager