ITW Pierre-Nicolas Dessus – Lever les freins à l’innovation et à l’accélération digitale – Et si j’étais Président ?

Pierre Nicolas DessusITW N° 10 – 10 questions posées à Pierre-Nicolas Dessus, Directeur Marketing Digital et Datas de France Télévisions

Dans 4 mois, en mai 2017 aura lieu la 11ème élection présidentielle depuis le début de la Vème République. Avec elle son aréopage de nouvelles promesses, de nouveaux choix politiques, de nouvelles lois…Et si, finalement, plutôt qu’un homme politique, le futur Président de la République était un héraut du digital, un porte drapeau de l’innovation Made in France, un dirigeant reconnu ?

Quels seraient son programme et ses arguments pour convaincre … Quels seraient ses gros chantiers à terminer avant de prendre ses quartiers à l’Elysée…

Majda CHAPLAIN, CEO de MC Factory, en partenariat avec Stratégies, lance une nouvelle série d’interviews hebdomadaires « Et si j’étais Président », et invite des acteurs emblématiques férus de digital à se glisser dans la peau de notre futur Chef d’Etat, le temps d’une interview.

10 questions posées à Pierre – Nicolas Dessus, Directeur Marketing Digital et Data de France Télévisions & Candidat à la présidentielle 2017.

Votre programme

1- Quels seraient les 3 points principaux de votre programme ?

D’abord l’Education. L’idée serait d’éduquer et de former les individus au marché du travail et de faire en sorte que la formation soit disponible tout au long de la carrière professionnelle pour pouvoir répondre, en temps réel, aux besoins des entreprises. Car si la formation professionnelle existe, elle n’est pas forcément raccord avec le marché du travail. Le but serait de redonner confiance en l’avenir, mais aussi de permettre à chaque jeune de pouvoir exercer le métier de son choix en diversifiant notamment les profils dans les entreprises et les universités et en généralisant les parcours type Erasmus à tous types de métiers.
Ensuite, je favoriserais le développement économique et la lutte contre le chômage en boostant l’émergence des PME en région, en harmonisant les règles fiscales européennes et en incitant à l’investissement afin de développer le tissu économique français.
Enfin le troisième point serait de donner plus de pouvoir aux régions et aux communes et donc plus d’agilité. Cela permettrait, je pense, de développer un système de travail vertueux et favorisait l’économie. Mon mantra de Président serait : avoir confiance en soi, dans les autres et dans l’avenir !

2 – Quel serait votre projet pour booster la transformation digitale des entreprises Françaises ?

La peur de l’échec et de la prise de risque sont des freins à l’innovation et à l’accélération sur le digital. Or, je pense que cette envie de prendre des risques, de voir les choses en grand, doit être une composante de l’enseignement. Enseigner les modes de travail digitaux (codes, modes projets, design) assez tôt à l’école, investir pour faire émerger des acteurs numériques de taille et modifier l’écosystème en faisant coopérer start up et grands groupes sur l’ensemble du territoire… Cela favoriserait beaucoup cette transformation digitale.

3 – Pourquoi faut-il voter pour vous ? Quelle serait votre principale qualité de dirigeant ?

Je pense que j’ai une qualité d’écoute et un vrai sens de l’observation. J’ai le courage de prendre des décisions, j’aime partager ma vision pour donner du sens à l’action collective. Enfin, j’ai l’humilité de ceux qui savent qu’on ne réussit jamais seul. Voter pour moi serait voter pour une équipe solidaire, complémentaire, animée par un sens aigu du service et de l’Etat.

4 – Quelle personnalité publique – pas forcément politique – choisiriez-vous pour être votre Premier Ministre ? 

Il s’agirait de l’un de mes amis. Il est philosophe et il me forcerait à me poser les bonnes questions. La charge reviendrait alors aux différents ministres d’apporter les réponses adéquates.

Avant de quitter votre poste actuel

5 – Quels gros chantiers avez-vous à terminer avant de prendre vos quartiers à l’Elysée ?

Il s’agirait d’abord d’un chantier autour de la data. Nous allons intégrer un moteur de recommandation vidéo dans le cadre de la refonte de Pluzz afin de proposer une meilleure expérience utilisateur, plus personnelle. Le second chantier est de réussir à faire de France Info une offre leader sur le numérique à l’occasion, justement, des élections présidentielles.

6 – Quelles seraient les principales missions de votre successeur au sein de votre entreprise ?

Il ou elle devra rapprocher les univers TV et numérique autour de la data et travailler sur la monétisation c’est à dire sur le développement de nouveaux revenus publicitaires. Et au-delà de la transformation numérique, il devrait amener France TV à améliorer son mode de production de contenus dans un univers global à la fois TV et numérique, linéaire et dé linéaire.

7 – Etes – vous pour le cumul des mandats en entreprise : Marketing, Communication, Digital, CRM, Mobile, IT, Internet of Things… ?

Cela dépend du niveau de maturité de l’entreprise sur le digital. En phase de rattrapage, il est vertueux de rassembler l’ensemble des problématiques digitales sous la responsabilité d’une seule personne pour mettre en marche le processus de transformation numérique et générer une vraie traction. Puis, dans un second temps, il est souvent plus utile, de redéployer les expertises digitales au sein des métiers. Il faut partager les expertises pour que tout le monde soit embarqué.

Pour intégrer l’Elysée

8 – Que demanderiez-vous au Président sortant, François Hollande, avant qu’il parte ?

Je lui demanderais un état des lieux sur les comptes et les actions en cours pour avoir une photographie précise de la situation du pays, puis de me conseiller les bonnes personnes à rencontrer pour mener à bien mon nouveau rôle. Je demanderais aussi à tous ses ministres de consacrer du temps à ma nouvelle équipe afin de faire une passation propre des dossiers.

9 – Comment digitaliseriez-vous l’Elysée ?

Globalement cette digitalisation passe par l’amélioration des équipements et par la modification des pratiques de travail. Je mettrais en place un fonctionnement horizontal plutôt que par chapelles. Par exemple, pour faire avancer l’éducation, je réunirais « en mode projet » les ministères de l’économie, de l’éducation nationale et du travail pour qu’ils fassent des propositions communes. Je faciliterais également la communication, via un outil de feedback, entre les citoyens et les élus afin de réduire le fossé qui les sépare.

10 – Quel object personnel ramèneriez-vous avec vous à l’Elysée ?

Je suis un passionné de cartes géographiques, donc une carte IGN de la France et de l’Outre-Mer et une carte du monde. Pour ne jamais oublier pour qui je travaille et avoir en tête l’horizon dans lequel je dois inscrire mon action.

A propos de Pierre – Nicolas Dessus

Après une Maitrise de Sciences de Gestion à Dauphine puis un Master d’Etudes et Stratégies Marketing à Sciences Po, Pierre-Nicolas Dessus, 34 ans, devient chargé d’études à l’Ifop. Puis il rejoint lemonde.fr pour développer l’offre d’abonnement numérique. Il intègre ensuite le groupe Reed Business Information comme Responsable marketing digital puis Responsable marketing groupe. En 2012, il rejoint France Télévisions comme Directeur marketing digital avec trois missions : les études et la compréhension des usages numériques, le développement des audiences digitales, et le développement des revenus digitaux. Il est, depuis septembre 2016, Directeur marketing digital et data.

Si vous souhaitez exposer votre programme pour une France Digitale 2017, contactez nous ici.

Un grand merci à Ambre Delage pour sa précieuse contribution

Partager