ITW Paulin Dementhon – Le changement par la transformation digitale – Et si j’étais Président ?

06_Paulin Dementhon_Gründer und CEO DrivyITW N°9 – 10 questions posées à Paulin Dementhon, Fondateur de Drivy

Dans 5 mois, en mai 2017 aura lieu la 11ème élection présidentielle depuis le début de la Vème République. Avec elle son aréopage de nouvelles promesses, de nouveaux choix politiques, de nouvelles lois…

Et si, finalement, plutôt qu’un homme politique, le futur Président de la République était un héraut du digital, un porte drapeau de l’innovation Made in France, un dirigeant reconnu ?

Quels seraient son programme et ses arguments pour convaincre… Quels seraient ses principaux chantiers à terminer avant de prendre ses quartiers à l’Elysée…

Majda CHAPLAIN, CEO de MC Factory, en partenariat avec Stratégies, lance une nouvelle série d’interviews hebdomadaires  » Et si j’étais Président », et invite des acteurs emblématiques férus de digital à se glisser dans la peau de notre futur Chef d’Etat, le temps d’une interview consacrée à leurs priorités digitales…

10 questions posées à Paulin Dementhon, Fondateur de Drivy & candidat à la présidentielle 2017.

Votre programme

1 – Quels seraient les 3 points principaux de votre programme ?

D’abord l’enseignement en général pour utiliser ce que l’on a appris ces dernières années sur les sciences cognitives. L’idée : rendre l’apprentissage plus efficace et laisser une part plus grande à la participation et à la créativité. C’est essentiel car cela participe de la compétitivité d’un pays.
Ensuite je travaillerais sur la simplification fiscale. Je trouve dramatique que tout soit fait façon mille feuilles. On pourrait par exemple mettre fin aux niches fiscales et supprimer des acquis qui existent depuis la nuit des temps.
Enfin le troisième point serait l’environnement et la qualité de vie urbaine. Il faut, je pense, faire payer le prix des matériaux polluants en incluant ce qu’ils coûtent en recyclage, en destruction de l’environnement, etc.

2 – Quel serait votre projet pour booster la transformation digitale des entreprises Françaises ?

Je pense que ce n’est pas le rôle de l’Etat, c’est aux entreprises de se débrouiller pour survivre et cela passe forcément par la transformation digitale. En revanche, l’Etat intervient dans l’éducation et c’est là qu’il faut préparer au digital. Par exemple, ce qui fait la Sillicon Valley aujourd’hui, ce n’est pas le gouvernement américain, ce sont les universités qui y sont installées, qui sont puissantes et riches, et qui font venir les meilleurs cerveaux de la planète pour alimenter les entreprises.

3 – Quel serait  votre engagement vis à vis de cette jeune génération qui, dans les 10 ans, se retrouvera sur le marché du travail ?

Je lui dirais que nous sommes en train de moderniser l’éducation en France et que cela leur donnera une force au niveau mondial. Le marché du travail va se transformer beaucoup et notamment parce que l’intelligence artificielle va prendre beaucoup d’ampleur. L’homme va devoir se réinventer et s’adapter à ce type de phénomène.

4- Pourquoi faut -il voter pour vous ? Quelle serait votre principale qualité de dirigeant ?

Ma qualité serait le leadership, c’est à dire ma capacité à convaincre et rassembler autour d’une vision et à expliquer les choses. C’est absolument essentiel car avoir les bonnes idées ne suffisent pas lorsque l’on n’a pas de leadership. Ensuite, je pense que l’expérience d’entrepreneur permet de gérer l’Etat comme un produit avec l’envie permanente d’utiliser les technologies pour améliorer la productivité.

Avant de quitter votre poste actuel

5 – Quels gros chantiers avez-vous à terminer avant de prendre vos quartiers à l’Elysée?

Je souhaite continuer le déploiement de Drivy Open, notre technologie qui permet d’ouvrir les portières du véhicule à distance avec son smartphone. Cela va révolutionner les locations de véhicules en libre service… L’appli a été lancée il y a un an mais elle doit encore être améliorée et développée à grande échelle.

6 – Quelles seraient les principales missions de votre successeur au sein de votre entreprise ?

Il devrait focaliser sur la croissance internationale et conclure de grands partenariats avec les constructeurs sur la voiture connectée et sur la voiture autonome. L’automobile va subir dans les 10 prochaines années une révolution équivalente à celle de son invention ! Pour nous, c’est une opportunité de développement énorme.

Pour intégrer l’Elysée

7 – Que demanderiez-vous au président sortant, François Hollande, avant qu’il parte ?

Le numéro de portable de Macron car il a de bonnes idées !

8 – Comment digitaliseriez-vous l’Elysée ?

Pour le peu que je connais, ce n’est pas à l’Elysée que l’on manque le plus de talents et de technologies… Je pense qu’il faut aller vers les civic tech pour faire participer les citoyens aux décisions. Il faut juste veiller à éviter les dérives, que l’on ne demande pas l’avis des citoyens sur tout et n’importe quoi, au risque que l’émotion l’emporte sur la raison.

9 – Quel objet personnel ramèneriez-vous avec vous à l’Elysée ?

Un dessin de mon fils.

10 – Et pour conclure ?

Je suis étonné que la technologie n’ait pas encore révolutionné la façon de désigner nos dirigeants. Je trouve que les campagnes électorales sont un viol à l’intelligence ! Le problème est lié à la façon dont marche le suffrage universel car cela force le mensonge pendant la campagne. Je pense que la technologie permet un fonctionnement plus efficace pour désigner les bonnes personnes.

A propos de Paulin Dementhon

Paulin Dementhon, 38 ans, sort de ses études en HEC en 2002. Il travaille alors pendant 6 ans à la CMA-CGM, dans le transport maritime, où il exerce des fonctions de manager à Hong Kong puis au Brésil. Lorsqu’il entre en France, il lance le projet Quivaou, application mobile de covoiturage urbain. Si le projet n’aboutit pas, il lui permet cependant « d’apprendre l’industrie du Web et de la technologie ». Et de lancer, en 2010, la plateforme de location de voiture entre particuliers Drivy. En 2011, Nicolas Mondollot le rejoint comme associé. Aujourd’hui, Drivy est devenue la plateforme de location de voiture leader en Europe avec 1,2 million d’utilisateurs et plus de 2 millions de journées de locations réalisées et emploie 80 personnes.

Si vous souhaitez exposer votre programme pour une France Digitale 2017, contactez nous ici.

Un grand merci à Ambre Delage pour sa précieuse contribution

Partager