ITW Matthieu Tanguy – Bâtir une France d’opportunités grâce au digital – Et si j’étais Président ?

matthieu tanguy direct energieITW N°8 – 10 questions posées à Matthieu Tanguy, Directeur Marketing et Digital de Direct Energie.

Dans 5 mois, en mai 2017 aura lieu la 11ème élection présidentielle depuis le début de la Vème République. Avec elle son aréopage de nouvelles promesses, de nouveaux choix politiques, de nouvelles lois…
Et si, finalement, plutôt qu’un homme politique, le futur Président de la République était un héraut du digital, un porte drapeau de l’innovation Made in France, un dirigeant reconnu ?

Quels seraient son programme et ses arguments pour convaincre … Quels seraient ses gros chantiers à terminer avant de prendre ses quartiers à l’Elysée…

Majda CHAPLAIN, CEO de MC Factory, en partenariat avec Stratégies, lance une nouvelle série d’interviews hebdomadaires « Et si j’étais Président », et invite des acteurs emblématiques férus de digital à se glisser dans la peau de notre futur Chef d’Etat, le temps d’une interview consacrée à leurs priorités digitales …

10 questions posées à Matthieu Tanguy, Directeur Marketing et Digital de Direct Energie & Candidat à la présidentielle 2017.

Votre programme

1 – Quels seraient les 3 points principaux de votre programme ?

L’éducation, l’économie et la justice. Sur l’éducation, je pense qu’il est nécessaire d’apprendre aux enfants à décrypter et comprendre l’information car les réseaux sociaux ne favorisent pas l’esprit critique. Il faudrait également leur apprendre le goût du risque et de l’échec car le digital est une révolution culturelle qui inclut ces deux paramètres. Enfin il faudrait pousser les formations autour des métiers du digital. Ces derniers embauchent et pourtant nous avons beaucoup de mal à recruter.
Sur l’économie, je pense qu’il faudrait créer un écosystème du digital : qui sont les entrepreneurs, comment trouvent-ils des financements ? L’idée serait par exemple de développer les incubateurs, de maîtriser l’équilibre des marchés entre géants du Net et acteurs émergeants, et d’avoir une fiscalité stable afin d’aider les entreprises à se développer.
Enfin sur la justice, je pense à la justice fiscale dans le sens où j’estime que tous les acteurs doivent être soumis aux mêmes contraintes qu’il s’agisse d’Amazon, la Fnac ou le libraire du coin. Et je pense à la justice sociale. Freelance, CDD, auto entrepreneurs sont des nouveaux statuts engendrés par le digital et il convient de rapidement adapter le système à ces nouvelles formes de travail.
Le digital remet en cause la façon dont on fonctionnait avant et cela doit être transposé à la politique. Elle doit être plus agile, plus concrète.

2 – Quel serait votre projet pour booster la transformation digitale des entreprises Françaises ?

Le rôle de l’Etat ce n’est pas cela. C’est aux entreprises de s’organiser pour se transformer et de toute façon, elles n’ont pas le choix. Le rôle de l’Etat, en revanche, c’est de mettre en place un écosystème favorable.

3 – Pourquoi faut-il voter pour vous ? Quelle serait votre principale qualité de dirigeant ?

Il faudrait voter pour moi parce qu’il est fondamental d’inclure la société civile dans la politique. Il ne faudrait pas que la politique soit un métier ! Pour ce qui concerne mes qualités, j’ai un attachement à des valeurs qui dépassent mon ambition personnelle, je sais me remettre en cause et m’adapter, être agile comme le digital, et enfin, j’aime le changement et la transformation… Ce sont des qualités que j’aimerai trouver chez un Président.

Avant de quitter votre poste actuel

4 – Quels gros chantiers avez-vous à terminer avant de prendre vos quartiers à l’Elysée ?

J’en ai plusieurs ! Le premier serait de continuer à améliorer l’expérience client. Notre métier est un métier de services et nous œuvrons toujours dans le but d’innover pour simplifier l’énergie. Ensuite je devrais finir de développer nos « asset » digitaux pour en faire des atouts de première qualité. Puis je piloterai tous nos leviers d’acquisition digitaux pour bien maîtriser notre croissance. Enfin, je développerai une culture agile dans l’entreprise afin de continuer à évoluer et être dans l’action.

5 – Quelles seraient les principales missions de votre successeur au sein de votre entreprise ?

D’abord de mener à bien la transformation Data. Ensuite de poursuivre cette dynamique d’innovation pour simplifier davantage la vie de nos clients. Puis, de faire de Direct Energie le fournisseur qui permet aux consommateurs de maitriser leur consommation d’énergie grâce à la data notamment.

6 – Etes-vous pour le cumul des mandats en entreprise : Marketing, Communication, Digital, CRM, Mobile, IT, Internet of Things… ?

Le sujet, pour moi ce n’est pas le cumul c’est la durée ! Les gens qui sont longtemps au même poste, s’usent.

Pour intégrer l’Elysée

7 – Que demanderiez-vous au Président sortant, François Hollande, avant qu’il parte ?

J’aimerai avoir un vrai retour d’expérience sur son mandat et qu’il me dise, si c’était à refaire, ce qu’il ferait différemment. Et quels conseils il aurait à me donner car je trouve la passation de pouvoirs un peu light !

8 – Comment digitaliseriez-vous l’Elysée ?

On pourrait commencer par lancer un hackaton pour mettre de l’énergie dans l’Elysée et y injecter des gens différents, plus jeunes, qui viennent de la société civile, c’est à dire des gens qui sont câblés différemment… Je parle, du coup, plus d’hommes que d’outils car il faut déjà commencer par changer la façon de penser !

9 – Quel objet personnel ramèneriez-vous avec vous à l’Elysée ?

Un goodies Sosh, un haut-parleur en forme de lapin bleu ! C’est le souvenir d’une superbe aventure, et la preuve au quotidien que la prise de risques peut être payante. Je ramènerai aussi des dessins de mes enfants, qui ont 5 et 8 ans, pour me rappeler que le temps passe vite et qu’il faut profiter du moment présent.

10 – Et pour conclure ?

Cela fait 37 ans que j’entends que la France est en crise. Je pense surtout qu’il y a un manque d’envies, de projets, de perspectives et c’est cela qu’il faut réinjecter, car la France n’est pas en crise contrairement à bien d’autres pays. Notre pays a coutume de voir les risques avant les opportunités. Il faut inverser cela car le digital est un levier d’innovations et nous sommes très bons sur ce sujet !

A propos de Matthieu Tanguy

Diplômé de HEC, spécialité Marketing en 2003, Matthieu Tanguy, 37 ans travaille pendant 10 ans chez Orange à différents postes marketing pour les produits et offres Internet et mobile. Son fait d’armes : avoir lancé Sosh qu’il dirige pendant 4 ans. Fin 2014, Matthieu Tanguy rejoint le 3ème acteur de l’électricité et du gaz en France, Direct Energie. Il y occupe aujourd’hui le poste de Directeur marketing et digital.

Si vous souhaitez exposer votre programme pour une France Digitale 2017, contactez nous ici.

Un grand merci à Ambre Delage pour sa précieuse contribution

Partager