ITW Jean Muller – Développer la culture économique en France – Et si j’étais Président ?

Jean-Muller-JC-DecauxITW N° 19 – 10 questions posées à Jean Muller, Directeur Général délégué Commerce et Développement de JCDecaux & Président National des Dirigeants Commerciaux de France.

Dans moins de 1 mois, en mai 2017 aura lieu la 11ème élection présidentielle depuis le début de la Vème République. Avec elle son aréopage de nouvelles promesses, de nouveaux choix politiques, de nouvelles lois… Et si, finalement, plutôt qu’un homme politique, le futur Président de la République était un héraut du digital, un porte drapeau de l’innovation Made in France, un dirigeant reconnu ?

Quels seraient son programme et ses arguments pour convaincre … Quels seraient ses gros chantiers à terminer avant de prendre ses quartiers à l’Elysée…

Majda CHAPLAIN, CEO de MC Factory, en partenariat avec Stratégies, lance une nouvelle série d’interviews hebdomadaires « Et si j’étais Président », et invite des acteurs emblématiques férus de digital à se glisser dans la peau de notre futur Chef d’Etat, le temps d’une interview consacrée à leurs priorités digitales …

10 questions posées à Jean Muller, Directeur Général délégué Commerce et Développement de JCDecaux & Candidat à la présidentielle 2017.

Votre programme

1 – Quels seraient les 3 points principaux de votre programme ?

Tout d’abord développer la culture économique de tous les Français pour faire de la France une grande puissance commerciale. Il est essentiel de mieux valoriser les métiers qui concourent au développement commercial de l’entreprise (marketing, vente, digital, relation client…) en s’appuyant sur l’expertise métier, l’efficience opérationnelle mais aussi l’intelligence émotionnelle. A la clé, favoriser l’optimisme, la créativité, le goût d’échanger, d’entreprendre, de vendre et d’exporter.

Le 2ème point porte sur l’engagement européen. Il faut refonder avec quelques pays proches de la zone Euro, un « new deal » européen, qui s’appuie sur des politiques économiques et fiscales harmonisées, des échanges commerciaux et intellectuels intenses, et des investissements communs en recherche et développement, pour faire émerger des « champions technologiques » européens (e-commerce, intelligence artificielle, télécom, énergies renouvelables, etc.) capables de lutter contre la puissance des GAFA.

Enfin, j’aimerais réinventer notre pacte républicain, rénover nos institutions pour une représentation nationale plus juste représentative et équilibrée de la population française : recréer une démocratie plus participative, plus directe ; ériger le mieux vivre ensemble et encourager l’intelligence collective, l’esprit d’entreprise. Liberté, égalité, fraternité, mais aussi créativité et prospérité économique.

2 – Quel serait votre projet pour booster la transformation digitale des entreprises Françaises ?

Tous les outils de la transformation digitale sont à notre portée, le principal frein est le poids des habitudes et le manque de formation de certains managers, qui à défaut de maîtriser les outils digitaux ne parviennent pas à réinventer leur activité en profitant des opportunités du digital.
Je concentrerai donc les efforts de formation professionnelle vers les formations au digital et aux métiers commerciaux, car ce sont aujourd’hui les clés de la croissance des entreprises. Je rendrai enfin la formation tout au long de la vie plus accessible. Je donnerai pour mission aux universités et grandes écoles de développer les savoirs liés à la révolution digitale auprès des professionnels, sous forme notamment de MOOC.
Enfin, les savoirs deviennent de plus en plus rapidement obsolètes. Chaque professionnel devra prévoir au cours de sa carrière de dédier plusieurs semestres à la formation. Mettre à niveau sa formation au cours de sa carrière ne doit plus être réservé à une élite. Cette exigence doit guider nos réflexions sur des sujets comme les retraites ou la formation initiale.

3 – Pourquoi faut-il voter pour vous ? Quelle serait votre principale qualité de dirigeant ?

Pour rassembler et fédérer les FRANÇAIS de tous âges, de toute origine politique ethnique et religieuse, de tous territoires autour d’un projet positif, celui d’inventer « une nouvelle France dans un nouveau Monde » : une France décomplexée, positive, économiquement très ambitieuse, fière de son histoire qui s’appuie sur ses valeurs mais qui est entièrement tournée vers les opportunités nées de la révolution numérique. Seul un candidat pleinement déterminé mais totalement indépendant, issu du monde civil économique et associatif, peut assurer cette transition et assumer cette ambition.

4 – Quelle personnalité publique – pas forcément politique – choisiriez-vous pour être votre Premier Ministre ? Pourquoi ?

Ce serait une femme politique audacieuse et courageuse, capable de rassembler au-delà des clivages traditionnels, très orientée nouvelles technologies, engagée d’un point de vue écologique, à l’avant-garde des questions sociétales.

Avant de quitter votre poste actuel

5 – Quels gros chantiers avez-vous à terminer avant de prendre vos quartiers à l’Elysée ?

Définir et faire émerger une culture et une intelligence commerciales spécifiques à JCDecaux.

6 – Quelles seraient les principales missions de votre successeur au sein de votre entreprise ?

Réinventer la commercialisation de nos actifs publicitaires : transformer la fonction commerciale chez JCDecaux à l’ère digitale.

7 – Etes- vous pour le cumul des mandats en entreprise : Marketing, Communication, Digital, CRM, Mobile, IT, Internet of Things…?

Le digital est partout. Il est forcément transversal et doit toucher toute l’entreprise. En revanche, le marketing, la communication et le commercial procèdent d’une même dynamique de business development et le digital accélère le décloisonnement entre ces fonctions de l’entreprise. Donc le cumul des mandats a réellement du sens.

Pour intégrer l’Elysée

8 – Que demanderiez- vous au Président sortant, François Hollande, avant qu’il parte ?

Le remercier de ne pas creuser davantage le déficit budgétaire et au contraire de réaliser toute nouvelle économie possible.

9 – Comment digitaliseriez-vous l’Elysée ?

Il est incroyable de constater que sur le bureau du Président de la République, il n’y a pas d’ordinateurs ! Comment nos dirigeants peuvent-ils travailler avec des méthodes plus anciennes que n’importe quelle petite entreprise ? Sur le bureau du Président de la République, on trouvera des tablettes et des pc, et moins de papier. Les méthodes performantes de l’entreprise, dématérialisation, visioconférence, outils de gestion de projet et CRM seront généralisées au niveau de l’État, pour faciliter le travail interne et la coopération, notamment dans le cadre du « new deal » européen que j’appelle de mes vœux. Le digital doit nous aider à voir plus loin que nos frontières.

10 – Quel objet personnel ramèneriez-vous avec vous à l’Elysée ?

Mon vélo de course car la mission s’annonce sportive !
Les enjeux sont monstrueux et nécessiteront une grande forme physique !

A propos de Jean Muller

Jean Muller est Directeur Général délégué Commerce et Développement au sein du groupe français JCDecaux depuis 2007.  Il débute sa carrière, au début des années 90, chez Bacardi Martini, où il devient très rapidement responsable « formation ventes ». Il rejoint ensuite NRJ Group (1996-2007), où Jean Muller est nommé « Président des régies publicitaires » du groupe radiophonique et musical. Son parcours a d’ailleurs été récompensé par la presse et ses pairs : il a été élu « Manager commercial de l’année » en 2013. Il est maître de conférence à l’ESCP Europe et a aussi publié un « Manifeste pour le
développement de la culture commerciale en France », en 2015. Jean Muller a été élu le 27 janvier Président des Dirigeants commerciaux de France (DCF).

Partager