ITW Ariel Steinmann – Oser mettre en place un NPS citoyen – Et si j’étais Président ?

Ariel-SteinmannITW N° 14 – 10 questions à Ariel Steinmann, Directrice Marketing Banque en ligne BNP Paribas et Hello bank !

Dans 3 mois, en mai 2017 aura lieu la 11ème élection présidentielle depuis le début de la Vème République. Avec elle son aréopage de nouvelles promesses, de nouveaux choix politiques, de nouvelles lois…Et si, finalement, plutôt qu’un homme politique, le futur Président de la République était un héraut du digital, un porte drapeau de l’innovation Made in France, un dirigeant reconnu ?

Quels seraient son programme et ses arguments pour convaincre … Quels seraient ses gros chantiers à terminer avant de prendre ses quartiers à l’Elysée…

Majda CHAPLAIN, CEO de MC Factory, en partenariat avec Stratégies, lance une nouvelle série d’interviews hebdomadaires « Et si j’étais Président », et invite des acteurs emblématiques férus de digital à se glisser dans la peau de notre futur Chef d’Etat, le temps d’une interview.

10 questions posées à Ariel Steinmann, Directrice marketing Banque en ligne BNP Paribas et Hello bank ! & Candidate à la présidentielle 2017.

Votre programme

1 – Quels seraient les 3 points principaux de votre programme ?

L’Education et la Formation seraient mes premières priorités. En optimisant l’usage du digital à la fois à l’école et pour la formation professionnelle continue pour mieux coller aux attentes du marché du travail et à l’évolution de celui-ci.
L’éducation pour niveler vers le haut et permettre une amélioration de la connaissance en adéquation avec les besoins du monde du travail. J’aimerais aussi que le digital permette à la génération de parents des jeunes et adolescents d’avoir accès à la culture et à la formation afin de leur permettre de mieux encadrer leurs enfants et ainsi arriver à plus d’équité sociale.

L’emploi, Relancer l’emploi est une priorité pour faire redémarrer la France. Le digital permet de sortir d’une approche classique du travail métro boulot dodo et apporter plus d’agilité et de mobilité à la fois pour les entreprises et les salariés. Je prendrais aussi des mesures pour faciliter le changement d’orientation professionnelle en fonction des besoins des entreprises.
Et bien sur l’égalité Hommes femmes toujours et encore !

2 – Pourquoi faut-il voter pour vous ? Quelle serait votre principale qualité de dirigeant ?

Pour mes qualités humaines, mon sens des responsabilités et ma capacité à fédérer. En tant que Digital Professional native, j’ai pu accompagner l’innovation et la transformation digitale dans différents secteurs d’activité avec succès et enthousiasme et en respectant les qualités et compétences de chacun. Je suis très pragmatique, rationnelle et orientée sur les résultats. J’entamerais aussi un programme de réduction du nombre de parlementaires en alignant la gestion de leurs traitements salariaux et de fonctionnement avec les pratiques du privé en termes comptable et fiscal. Ma devise : « Qui ose gagne »

3 – Quel serait votre projet pour booster la transformation digitale des entreprises Françaises ?

Il faut d’abord simplifier les process administratifs (public et privé) qui bloquent les rouages du pays grâce au digital et utiliser la data pour lutter contre la fraude, l’abus et certains acquis injustifiés pour retrouver l’équité, la valeur de l’effort, du travail, l’égalité et la liberté.

Je veux aussi faire évoluer la fiscalité pour les PME et les start up pour qu’elles restent en France et garder nos talents. Cela permettra d’accompagner la transformation digitale dans toutes les entreprises Françaises talentueuses, mais ce n’est pas le rôle de l’état à priori. Pour moi l’état doit intervenir au niveau de l’éducation. Enseigner le code dès le plus jeune âge et former les enseignants avec de nouvelles méthodes, plus compétitives et capables de transmettre aussi le goût du travail et de l’effort.

4 – Quelle personnalité publique – pas forcément politique – choisiriez-vous pour être votre Premier Ministre ?

Mon ami Gilles Babinet digital champion, qui a une vraie vision, une parfaite connaissance des ressorts économiques, de la gestion de l’accès à la connaissance et à l’opinion, et plein d’excellentes idées prêtes à être mises en œuvre.

Avant de quitter votre poste actuel

5 – Quels gros chantiers avez-vous à terminer avant de prendre vos quartiers à l’Elysée ?

Les chantiers en cours sur la transformation digitale, qui sont déjà bien avancés. La transmission de l’importance de l’excellence opérationnelle pour une meilleure satisfaction client. Ceci afin de garder notre longueur d’avance sur ces sujets.

6 – Quelles seraient les principales missions de votre successeur au sein de votre entreprise ?

Continuer ces chantiers qui sont bien cadrés et avec des équipes professionnelles et motivées pour atteindre nos objectifs.

Pour intégrer l’Elysée

7 – Que demanderiez-vous au Président sortant, François Hollande, avant qu’il parte ?

De me donner un état des lieux des chantiers déjà engagés et des talents à garder absolument.

8 – Comment digitaliseriez-vous l’Elysée ?

J’aurais une organisation moins hiérarchique, plus de liens directs et j’instaurerais le travail cross ministères sur les grands sujets. Je ferais un benchmark des autres pays Européens (à la fois au niveau de leurs institutions mais surtout au niveau du quotidien des concitoyens et de l’éducation sur les aspects du numérique) pour m’en inspirer et rattraper le retard français en particulier au niveau de la simplicité.
J’instaurerais un lien direct entre les ministres et leur administration en supprimant les cabinets ministériels pour plus de responsabilisation et d’agilité.
J’instituerais des référendums en ligne pour régulièrement impliquer les citoyens dans les décisions – l’exemple de la Suisse me semble intéressant à copier pour faire adhérer. Mettre en place un NPS citoyen avec l’objectif de le faire progresser chaque année et sans avoir peur d’être jugé.

9 – Quel objet personnel ramèneriez-vous avec vous à l’Elysée ?

Une photo de ma merveilleuse équipe actuelle

10 – Et pour conclure ?

Pragmatisme, orientation résultats, oser changer, éventuellement se tromper pour changer à nouveau et avancer vite. Utiliser tout ce que permet le digital pour simplifier, mesurer et être plus agile. Demander régulièrement leur avis aux citoyens pour les impliquer dans les décisions et les faire adhérer pour les appliquer. Voilà ma ligne directrice !

A propos de Ariel Steinmann

Diplômée de l’ISC Paris en 1983, Ariel Steinmann débute sa carrière aux Etats Unis à New York dans une agence de Marketing Clients en tant qu’Account Executive. De retour en France, elle rejoint Phone Marketing comme directrice de clientèle où elle crée le pôle consulting en charge des centres de relation clients, puis Mediavente une agence de marketing relationnel. En 1989 elle intègre le groupe Publicitaire Interpublic chez Lowe Lintas en tant que Directrice conseil, puis Bouygues Telecom en 1997 en tant que Directrice de la communication pour développer la marque Nomad (pre- payé).
En 2003, elle rejoint ING Direct en tant que VP Marketing et Communication pour développer la marque en France et lancer les gammes de produits, Assurance Vie, Fonds, et compte courant. En 2009 elle crée une agence conseil en marketing digital Spray Production.
En 2011 elle intègre le groupe BNP Paribas chez Cortal Consors (filiale Bourse) en tant que Directrice Marketing pour travailler sur le projet de banque en ligne.
En 2013 Elle évolue dans le groupe BNP Paribas à la Banque de Détail France en tant que Directrice du Marketing de la Banque en ligne pour BNP Paribas et Hello bank ! Elle gère le digital pour BNP Paribas France (site applis réseaux sociaux et e-commerce) et la marque Hello bank à la fois pour l’acquisition et la fidélisation.

Si vous souhaitez exposer votre programme pour une France Digitale 2017, contactez nous ici.

Partager